La voix de Poché

La voix de Poché

Les Bouvet - 1745-1790 (suite et fin)

Lorsque nous quittons les Bouvet en 1745, ils n'étaient déjà plus très nombreux. Renée Bouvet, épouse Louassin décède le 26 décembre 1745 et Jean,  marié avec Suzanne Leffray en 1732, décèdera le 15 décembre 1756 à l'âge de 70 ans. Sur leurs dix enfants, seul Jean, demeure à Poché. Il est présenté comme étant bordager en 1768 quand il épouse Françoise Bazoge. Ses deux premiers enfants naissent à Sainte-Sabine. A la naissance des enfants suivants à Poché, il est noté journalier. Quand Françoise Bazoge meurt le 1er décembre 1785, il est noté en marge "pauvre". Que s'est-il passé dans cette famille entre temps ?

 

En fait mes ancêtres, issus de René Bouvet et de sa troisième épouse, Anne Lepert, ont quitté Poché depuis longtemps. Pierre Bouvet, son fils, a épousé une fille de Conlie; il en est de même de son petit-fils. Ma quête sur mes racines de Poché est terminée.

 

Cependant, à l'occasion de cette plongée dans le registre de Poché j'ai aimé revivre cette période si reculée, où toute la vie des habitants passaient par l'église et les écrits des curés. Heureusement d'ailleurs qu'ils étaient là pour nous permettre de remonter le temps et découvrir nos racines mais aussi pour nous apporter des éléments essentiels pour la connaissance de la vie dans nos campagnes.

 

Ainsi des éléments climatiques :

en 1768

"Pendant l'été et L'automne de cette année 1768 /les pluies furent si abondantes et si extrordinaires qu'elles / firent perdre la plus grande partie de la récolte / ce qui occasionna une grande disette de grain et / une cherté inouie qui causa la ruine de bien des familles".

 Et pourtant on ne note, en 1768, qu'un seul décès à Poché, celui d'un enfant de 20 mois, Renée Mauchien.

 

en 1776 : "

 Cette année a été très remarquable par / la rigueur de son hiver. On donnoit vacances dans / les collèges aux écoliers à cause du froid / extraordinaire plus vif qu'en 1709".

 On note cette année là 8 décès mais 4 sont dus à un évènement particulier qui décima toute une famille.

 

en 1785 :

 "Cette année les neiges ont été à une prodigieuse hauteur, des hommes, des animaux, des oiseaux de toute espèce ont péri. Mais aussi :

"il y a eu cette année une secheresse  extraordi/naire depuis la moitié de janvier jusqu'au 22è / jour de juillet. Il n'est presque point tombé d'eau / on a fait des prières et des processions pour obtenir / de la pluie"

Quelle année !

 

Des Evènements exceptionnels:

 

L'onzième jour du mois de février de la présente année mille sept cent / soixante seize vers les quatre heures du matin est arrivé dans ce bourg / un accident très facheux, c'est la mort de julien le gangneux, de catherine Dutertre sa femme enceinte, de catherine le gangneux et julien le gangneux / leurs enfans qui ont été écrasés dans leurs lits par la chute subite d'un vieu / pignon à mur qui n'étant qu'à sept piés ou environ de distance de leur maison / est tombé dessus. cette maison étoit la plus proche du jardin du presbitère / apartenait à jean Dutertre de cette paroisse, lequel jean Dutertre étoit père / de la d catherine dutertre, conséquemment beau-père dud le gangneux / et grand père desd enfans. La maison a été rebâtie au même endroit / je soussigné atteste cet accident - hulot curé de poché.

 

La rigueur de cet hiver, signalé par le curé de Poché (cf plus haut) est-elle à l'origine de l'accident ? On notera que la maison a été reconstruite au même endroit !

 

Des Evènements relatifs à la vie de l'église

 

Ainsi en 1775,

"Jusqu'au second dimanche du mois d'octobre de la présente année il ny a eu de / tems immémorial d'autre office dans cette Eglise les Dimanches ordinaires qu'une Messe basse, et cela parce qu'il n'y avait ni livre de chant, ni chantre, le curé /actuel ayant présenté requête à Monseigneur l'Evêque a obtenu gratis le livre / du chant des Messes , il a engagé le nommé pierre Devaux habitant de Ste Sabine / à venir chanter l'office, il s'y rend avec plaisir et assiduement; depuis le tems mar /qué cidessus la Messe et les vêpres sont chantés les dimanches et fêtes com/me dans les autres paroisses."

Enfin des messes chantées les dimanches et jours de fête, grâce à René Hulot curé de Poché

.

Bien évidemment les actes paroissiaux

Précieux pour connaître la composition des familles, les métiers des pères, plus ou moins bien détaillés selon les officiants. Ainsi le dernier curé de Poché nous indique dans les actes de naissance le métier du père, le lieu de son mariage, le métier et la résidence des parrain et marraine ; dans les actes de mariage sont notés l'âge des mariés, leur lieu de naissance, le nom de leurs parents et le lieu de leur mariage, bien sûr tous les témoins présents : un vrai bonheur pour les généalogistes.

 On peut relever que dans cette dernière période, Les Dutertre ou Guitton sont laboureurs, Jean Le Conte est couvreur ou charpentier, François Bouju est tailleur de pierre ou maçon, François Critous est tisserand mais la majorité des hommes de Poché sont bordagers ou journaliers.

        "Les labours" (dessin de Pierre Bouvet-illustration de "Parlers et Traditions du Bas-Maine et du Haut-Anjou-1979)

                    DSC04324.JPG

 

Le registre se termine par l'acte de décès de Marie Pichon, 6 ans, le 10 décembre 1790. Pour la suite il faudra consulter les registres de Sainte-Sabine.



28/12/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres