La voix de Poché

La voix de Poché

Des ancêtres Bouvet à Poché ?

A la découverte des Bouvet paroissiens de Poché.  (1673-1685)
Il n’est pas toujours facile de remonter une ascendance quand les registres sont lacunaires et que les actes notariés ont disparu ou qu’ils sont non communicables. Mais le hasard fait quelquefois bien les choses. C’est ainsi qu’avec la découverte de l’acte notarié du contrat de mariage de Pierre Bouvet et de Marie Coustard, passé le 14 novembre 1705 à Conlie chez Guillaume Blanche, notaire royal au Maine le fil a pu se dérouler : en effet il est le fils de René Bouvet et de sa troisième femme, Anne Lepert, demeurant paroisse de Poché.
Poché, qui n’est plus représenté sur les cartes actuelles puisqu’elle a  été rattachée à Sainte-Sabine (sur Longève) après la Révolution, est facilement identifiable sur la carte de Cassini (1750-1780) et semble, à l’époque, être une paroisse équivalente à celle de Sainte-Sabine.
C’est le début d’une longue histoire de famille avec la paroisse de Poché !
Le registre commence en 1673 - seulement - mais dès la page 2 se trouve l’acte de baptême d’un René Bouvet, fils de René Bouvet et de Marie Dufeu. Après le dépouillement de tous les actes du registre et Poché et de Sainte-Sabine, on sait
-    qu’il est le fils d’un Julien Bouvet marié à une Marie Martin,
-   qu’il a épousé Marie Leboucher à Sainte-Sabine, dont il a eu deux enfants : Marie en 1664 et Jacques en 1667,
-    qu’il a épousé à Sainte-Sabine, en secondes noces Marie Dufeu le 3 février 1671, dont il aura un fils, René né en 1673 . Marie Dufeu décède le 27 juin 1674 à Poché,
-   qu’il a épousé en troisièmes noces, à Poché, Anne Lepert, le 19 février 1676 ; l’épouse est originaire de Bernay ; sont présents au mariage la mère de l’époux, son frère Gervais Bouvet et Thomas Fourmond, « frère du costé maternel ». De ce mariage naîtra trois enfants, Pierre en 1677, Anne et Marie, des jumelles, en 1678, qui décèdent quelques semaines après leur naissance. Anne Lepert décède le 27 décembre 1678, deux jours après la naissance des jumelles ;
-    qu’il a épousé à Poché, en quatrièmes noces Martine Richer, originaire de Sainte-Sabine, le 13 janvier 1682. De ce mariage naîtront six enfants, Martine (1683), Catherine (1684), Jean-Baptiste (1686), Marie (1692), Renée (1695), dont trois, au moins, vont mourir en bas âge.
Mais comment se présentait cette paroisse en 1673 et les dix ou quinze années suivantes ?
plusieurs patronymes sont prédominants :
-    les Bouvet, avec René, journalier-marchand, dont le frère Gervais demeure à Sainte-Sabine, mais aussi François marié à Louise Louzier ; les témoins, parrains et marraines évoquent des frères et sœurs (Julienne, Pierre, René, Jean..), sans doute cousins de René ;
-    les Dutertre, avec Pierre, marié à Marie Leboucher, Jean marié à Noelle Gaudrée ;
-    les Queston, avec François, marchand drapier, marié à Marie Martin qui aura onze enfants  dont sept sont décédés en bas âge ;
-    les Ménager avec Marin Ménager marié à Julienne Launay ; ils auront neuf enfants  dont quatre décédés en bas âge , etc…
-    et quelques autres patronymes  correspondants à des familles de Sainte-Sabine, parents âgés par exemple venu finir leur vie à Poché chez un de leurs enfants, ou conjoints venus des paroisses environnantes, en commençant par Sainte-Sabine, mais aussi Domfront en Champagne, Bernay, Saint-Jean d’Assé etc…

Entre 1673 et 1685, il y eut  9 mariages soit moins d’un mariage par an en moyenne, puisque sept années n’ont enregistré aucune union.

                                                                                                                                      à suivre
 Christiane Palasset



18/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres